Bienvenue sur le site Internet du Conseil Départemental de l'Yonne

Portrait Agent CSS Auxerrois

Portrait d'agent

Portrait d'agent Centre de santé solidarités de l’Auxerrois

Portrait d'agent • Face au rebond de l’épidémie de Covid-19, le Conseil départemental a déployé la télémédecine au Centre de santé solidarités de l’Auxerrois. Un travail d’équipe et un projet de cœur comme le décrit Prescillia Millot, référente administrative.

Centre de santé solidarités : la Covid dans la ligne de mire

DANS SON ESPACE VITRÉ À L’ENTRÉE DU CENTRE DE SOLIDARITÉS DE L’AUXERROIS (1), PRESCILLIA MILLOT ASSURE L’ACCUEIL TÉLÉPHONIQUE ET PHYSIQUE. Ouverte le 8 juin 2020, peu de temps après le premier confinement, cette structure portée par le Conseil départemental et soutenue par l’Agence régionale de santé (ARS), accueille des personnes en situation de précarité sociale sans médecin traitant, orientées par des travailleurs sociaux, médico-sociaux et des bénévoles d’associations. Elles sont reçues en consultation par neuf médecins retraités qui se relaient du lundi au vendredi de 9h à 13h et de 14h à 18h (à raison d’une demi-journée par semaine chacun), secondés par deux infirmières (une à temps plein et une à mi-temps). "Les patients sont des familles, des personnes en rupture ou en renoncement de soins, hommes ou femmes isolés, d’autres en situation d’errance", indique Prescillia Millot. Référente administrative, elle réceptionne les fiches d’orientation adressées par les professionnels ou les bénévoles, et après étude par l’infirmière planifie les consultations ‒ la première ayant généralement lieu avec le prescripteur. "Le Centre de santé solidarités peut être déclaré en tant que médecin traitant, mais le patient n’est pas forcément reçu par le même praticien à chaque fois", précise-t-elle.

Les personnes adressées au centre ne paient pas les consultations (25 euros), qui sont remboursées par la Caisse primaire d’assurance maladie (CPAM). "Beaucoup d’entre elles n’ont pas de complémentaire santé, donc la différence est prise en charge par le Conseil départemental", souligne Prescillia Millot, également en charge du suivi administratif et de la comptabilité, en lien avec les services supports du Conseil départemental.

DES TÉLÉCONSULTATIONS POUR LES MALADES ET LES MAISONS DE RETRAITE

Face au rebond épidémique de la Covid-19 fin octobre dernier, le Conseil départemental, en partenariat avec l’ARS, a ajouté une autre activité au centre. Des téléconsultations ont été mises en place pour les personnes sans médecin traitant (mais hors situation de précarité) de l’ensemble du département, testées positives et orientées par le Service d'aide médicale urgente (le Samu, au 15). Un dispositif assuré sur place par des médecins du centre, en parallèle des consultations habituelles réduites en nombre. Très investi dans la lutte contre la pandémie, le Conseil départemental a également mis en place des téléconsultations prévaccinales pour les maisons de retraite (2) en carence de ressources médicales, à destination des résidents et des professionnels sans médecin traitant. Les médecins expliquent les bénéfices/risques du vaccin, recueillent le consentement, prescrivent le vaccin et inscrivent la personne sur une plateforme dédiée. Certains se sont également portés volontaires pour aller ensuite dans les établissements vacciner les personnes. Un Centre de santé solidarités qui porte bien son nom...

(1) Situé 10, rue Renoir à Auxerre.
(2) Au 18 janvier, 20 téléconsultations prévaccinales avaient été réalisées.

Page mise à jour le mercredi 03 février 2021

Modules

Les Autres Sites du Département

Plan Synthétique du Site