Bienvenue sur le site Internet du Conseil Départemental de l'Yonne

21 cantons de l'Yonne

Zoom sur le Canton de Brienon-sur-Armançon

Zoom sur le Canton de Brienon-sur-Armançon

Entretien avec Catherine Maudet et Jean Marchand, conseillers départementaux de Brienon-sur-Armançon.

Quelles motivations vous ont poussés à vous présenter ou à vous représenter au mandat de conseiller départemental ?

Catherine Maudet : J'ai rejoint très jeune la fonction publique et ai passé les concours me permettant d'être la proche collaboratrice d'élus en communes et intercommunalité. Une carrière qui a nourri cette envie de m'investir au niveau départemental et ainsi mieux répondre aux attentes de nos concitoyens. C'était aussi pour moi l'occasion de me positionner du côté des élus et de développer un autre regard.

Jean Marchand : Je tenais à poursuivre mon action auprès des habitants de ce canton, aujourd'hui plus vaste, et bien sûr continuer d’œuvrer en Assemblée départementale. J'accorde beaucoup d'importance à notre rôle d'accompagnateur auprès de nos concitoyens et élus. Nous sommes un peu comme des assistants sociaux et si nous ne pouvons pas résoudre tous les problèmes, nous pouvons guider, ouvrir les bonnes portes.

Quelles sont les forces de votre binôme pour votre canton ?

JM : Notre complémentarité et un mode de travail commun. Nous nous partageons le territoire bien sûr,mais sans poser de frontières à ne pas franchir bien au contraire. Ainsi, en tant que vice-présidente de la commission Action Sociale, Catherine s'occupe de tout ce qui relève de cette question sur l'ensemble de notre territoire. De mon côté, je gère davantage les questions liées à mon action de président de la commission de l’Éducation, de la Jeunesse, des Sports et de la Culture, avec notamment les Transports Scolaires…

CM : Notre concertation pour chaque interpellation, ainsi que notre choix de partager la même boîte mail, et notre agenda électronique, synchronisent nos interventions pour une meilleure efficacité. Nous mettons un point d'honneur à être présents sur l'ensemble du canton et nous répondons toujours favorablement aux invitations qui nous sont faites. Nos administrés doivent nous voir, nous reconnaître et ne plus hésiter à venir nous parler, nous demander de l'aide.

Quels sont selon vous les atouts et les faiblesses de votre canton ?

CM : Il bénéficie d'un patrimoine naturel et architectural attractif avec, de plus, la présence de l'autoroute A5 (1h15 de Paris). Notre cadre de vie, privilégié, attire les populations parisiennes et étrangères qui recherchent le calme, le bien-être et les produits du terroir. L'autre atout, c'est la présence de nombreux producteurs locaux, de chambres d'hôtes, de gîtes pour l'accueil des familles. Ce maillage est particulièrement efficace pour notre économie locale.

JM : Je partage l'analyse de Catherine, j'ajouterais la présence d'entreprises performantes et d'un tissu associatif fort, essentiel à la vie dans nos villages. Côté faiblesses, la taille de ce canton, coupé par la forêt d’Othe, peut être handicapante. Notre territoire, c'est la diversité, 36 communes, des bassins de vies différents du nord au sud, avec certains tournés naturellement vers l'Auxerrois et d'autres vers le Sénonais. On ne peut pas être partout, nous nous y efforçons.

Votre action commune se porte aussi au niveau départemental… Comment cela se passe-t-il ?

CM : J'ai la chance d'occuper la fonction de vice-présidente en charge du handicap au sein de la commission Action Sociale et la présidence de la commission des Droits et de l'Autonomie des Personnes Handicapées. J'ai soutenu la décision du Conseil départemental consistant à conventionner avec la CAF (Caisse d’allocations familiales) en matière de contrôle pour que chaque Icaunais puisse légitimement bénéficier de ses droits. Aller au "juste droit", ni plus, ni moins.

JM : Notre travail en assemblée et en commissions élargit notre action et ses effets à l'ensemble de la population icaunaise. Nous sommes au plus près des habitants, surtout de la jeunesse que nous désirons voir rester sur nos terres. C'est l'exemple concret de nos étudiants en médecine auxquels nous accordons des bourses en échange de leur engagement à exercer sur notre territoire à la fin de leurs études. Notre action devient alors départementale.

Propos recueillis par Christophe Lemeux

En 3 chiffres

Canton de Brienon-sur-Armançon
  • 36 communes
  • 17 197 habitants
  • 587,48 km2 de superficie

9 siècles d'Histoire de France

Canton de Brienon-sur-Armançon 9 siècles d'Histoire de France

Actuelle propriété de Viviane Demoulin, l'Abbaye de Vauluisant est une ancienne abbaye cistercienne fondée au XIIe siècle (1 127). Un lieu magnifique à découvrir pour son architecture avec la porterie Notre Dame (classée monument historique), l'aile François 1er du XVIe siècle, le moulin, le mur à miel (une vraie curiosité, notre photo), l'écurie et la grange (XIIe et XVIe siècle), le colombier, la porte Saint-Thomas…

Depuis 34 ans, elle est le théâtre d'un festival de musique organisé par l'association Résonances de Vauluisant , présidée par Hélène Sire. Une manifestation qui attire chaque année près de 900 spectateurs ! À visiter du 17 avril au 30 octobre, les dimanche et jours fériés.

Les producteurs locaux, acteurs dynamiques de l'économie locale

Canton de Brienon-sur-Armançon Les producteurs locaux, acteurs dynamiquesde l'économie locale

Villiers-Louis, petit village de 500 âmes, gagne à être connu selon les deux conseillers départementaux : "Ici, le développement économique passe aussi par le dynamisme des producteurs locaux. Ils produisent du foie gras comme Jean-Louis Gaujard, œuvrent en polyculture, à la chèvrerie des Dames Douces, comme Frédérique Fenouillet, produisent du miel, du cidre, des madeleines et du pain d'épice comme Céline et Julien Henry, traversent les villages avec leur alambic comme le brandevinier Jean-Luc Denis, et tout cela dans un seul et même bourg, ce qui est assez rare".

"C'est un choix de vie, répondent les producteurs en chœur, une passion, celle de la nature. Ce n'est pas toujours facile, notamment avec l'obligation d'adapter nos exploitations aux normes européennes, mais nous pratiquons la solidarité. Nous savons que les clients des uns sont les clients des autres, nous nous retrouvons sur les marchés et les foires, organisons des visites d'exploitations groupées et nous apportons conseils les uns aux autres". Une bonne entente qui permet à ces producteurs de vivre de leur métier et de développer une dynamique qui se ressent dans la vie même du village.

Page mise à jour le mercredi 08 juin 2016

Modules

Les Autres Sites du Département

Plan Synthétique du Site